Hivernage piscine : quand et comment s’y prendre ?

Qu’est-ce que l’hivernage d’une piscine ? C’est une étape clef dans la gestion de votre bassin. Bien le conduire c’est s’assurer un début de saison confortable, sans trop d’entretien ni de mauvaises surprises. Voici comment réussir l’hivernage de sa piscine. Deux méthodes s’offrent à vous. Choisissez celle qui convient le mieux à votre style de vie et jetez vous à l’eau !

Sommaire

  1. Pourquoi hiverner sa piscine ?
  2. Quand commencer l’hivernage de sa piscine ?
  3. Pourquoi est-il important de réussir l’hivernage de sa piscine ?
  4. Adapter son hivernage en fonction de sa région
  5. L’hivernage passif
  6. L’hivernage actif
  7. Comment régler le temps de filtration ?

1 – Entretenir sa piscine durant l’hiver : un acte essentiel !

L’été s’achève et vous pensiez en avoir terminé avec les corvées de nettoyage ? C’est en partie vrai, mais attention ! Pas question de relâcher vos efforts durant l’hiver. Au contraire, il faudra régulièrement veiller sur votre bassin pour remettre en route votre piscine sans problème dès le printemps prochain !

C’est là tout l’intérêt d’un hivernage réussi ! Durant tout l’hiver, il y a au moins quatre choses à faire pour sa piscine :

Tout cela vous évitera de voir l’eau de votre piscine virer au vert dès le retour du printemps.

comment réussir l'hivernage de sa piscine

Réussir l’hivernage de sa piscine c’est attendre le printemps dans la sérénité

2 – Quand démarre l’hivernage de sa piscine ? Une question de température

Quelle que soit la période de l’année, c’est la température de l’air qui dicte la marche à suivre. Le point de bascule se situe aux alentours des 12°C. Lorsque vous atteignez durablement cette température, l’hivernage peut commencer.

Commencer avant d’atteindre ce seuil des 12°C serait préjudiciable pour la qualité de l’eau : il ne ferait pas assez froid pour empêcher les bactéries de se développer.  

Commencer trop tard, à la limite, est souvent moins grave. Donc, pas de précipitation ! Ne confondez pas la première vague de froid automnale avec le début de l’hiver ! 

Dès que vous êtes certains que les températures ne remonteront plus au-dessus des 15°C, vous pouvez passer votre piscine en mode hiver. 

3 – Hivernage piscine réussi : l’assurance de retrouver une eau saine dès le printemps

Ces deux méthodes sont : l’hivernage passif ou l’hivernage actif. Chacune d’entre elles a ses avantages et ses inconvénients. Et chacune fonctionne différemment. Choisissez la moins contraignante pour vous, et celle qui correspond le mieux à votre style de vie. 

4 – Le mode d’hivernage d’une piscine change selon les régions

Les façons d’hiverner votre piscine vont changer, selon qu’elle se trouve dans une région chaude ou dans une région froide.

Si vous habitez une région où il gèle fréquemment, et durant de longues périodes, vous devrez choisir la méthode passive. Celle-ci vous permettra de mieux préserver du froid l’équipement essentiel à la bonne santé de votre bassin. 

Si votre région connaît des hivers doux, qu’il ne gèle que très rarement, vous pourrez envisager un hivernage actif. En somme, votre bassin ralentit la cadence mais continue de fonctionner tout l’hiver.

Dans les régions tempérées vous aurez donc le choix entre les deux méthodes : passive ou active. Dans les régions froides, optez plutôt pour la méthode passive.

régions froides : privilégier l'hivernage passif

L’hivernage passif préserve les équipements et les canalisations du gel

5 – Hivernage piscine : la méthode passive

Cette méthode nécessite l’arrêt complet de votre piscine. Elle est utile dans les régions froides et recommandée pour les piscines de résidences secondaires. Suspendre le nettoyage et l’entretien de sa piscine durant plusieurs mois, avec un système filtrant à l’arrêt, se mérite. Plusieurs étapes sont essentielles pour réussir l’hivernage passif de sa piscine : 

  1. Assurez-vous que le baromètre est descendu en dessous des fameux 12°C et qu’il ne risque plus de remonter avant le printemps prochain.
  2. Nettoyez votre piscine en profondeur. Parois, sol, escaliers, équipement, tout doit y passer. 
  3. Détartrer le filtre à sable. Le mieux est de laisser agir un détartrant approprié durant plusieurs heures avant de rincer efficacement. 
  4. Réalisez un traitement choc, à l’aide de galets de chlore par exemple, puis filtrer durant 24 heures. 
  5. Vérifier et rectifier le pH : il doit se stabiliser entre 7.2 et 7.4 après le choc chlore.
  6. Baissez ensuite le niveau d’eau du bassin. Celui-ci doit se situer 10 cm sous les skimmers et les buses de refoulements. Il est important de placer ces pièces hors d’eau car cela les préserve du gel. Pour baisser le niveau d’eau, ouvrez la bonde de fond de la piscine. Basculez alors le filtre à sable en position “vidange”. L’utilisation d’une pompe fonctionne aussi.
  7. Stoppez la filtration. 
  8. Vidangez et purgez vos équipements. Cette manipulation empêche le gel d’endommager les canalisations. 
  9. Passez votre filtre à sable en position “hivernage” ou en position “fermée” selon les modèles.
  10. Profitez-en pour éliminer tous les restants d’eau potentiels dans les tuyaux périphériques de la pompe à chaleur, du surpresseur, du système de nage à contre-courant.
  11. Déversez dans votre bassin un produit d’hivernage adapté. Celui-ci limitera le développement des virus, des bactéries et des algues durant tout l’hiver. 
  12. Vous pouvez à présent protéger votre piscine du froid et du gel. Disposez des bouchons sur les prises balais et les buses de refoulement, des bouteilles gizzmo pour protéger les skimmers, et pourquoi pas une ligne de flotteur, en diagonale, pour éviter toute formation de glace.
  13. Couvrez ensuite votre piscine, à l’aide d’une simple couverture ou en actionnant son volet roulant.
nettoyer sa piscine avant de passer à l'hivernage

Quelle que soit la méthode, commencez par un nettoyage approfondi de votre piscine

6 – Hivernage piscine : la méthode active

Au cours d’un hivernage actif, l’activité de la piscine est réduite mais prolongée durant tout l’hiver. Cette méthode consiste à laisser tourner son système de filtration quelques heures par jour et s’accompagne d’un entretien régulier. Ce type d’hivernage convient aux régions qui connaissent des gelées occasionnelles.

  1. Assurez-vous que la température extérieure ne remontera plus au-dessus des 12°C, ce qui correspond aux mois de décembre-janvier pour les hivers doux ; aux mois d’octobre-novembre pour des régions plus froides.
  2. Procédez à un scrupuleux nettoyage de votre bassin : fond, parois, escaliers, équipement (skimmers, filtre à sable, etc.). Une eau propre conditionne la réussite de ce type d’hivernage.
  3. Réaliser un traitement choc, au chlore, au peroxyde d’oxygène, à l’hypochlorite de calcium ou à l’oxygène actif. Toutes ces méthodes marchent mais s’accompagnent obligatoirement d’une filtration continue de 24 heures.  dans ce cas, n’oubliez pas de filtrer votre bassin en continue durant 24h. 
  4. Réglez le pH puis arrêtez vos appareils tels que le régulateur de pH, l’électrolyseur, etc.
  5. Déversez un produit d’hivernage adapté dans l’eau de votre piscine. Un produit multi-actions vous épargnera l’apparition d’algues ou de tartre. 
  6. Vous pouvez ensuite passer au ralentissement de l’activité de votre bassin. Vous n’aurez plus de traitement à effectuer mais vous devrez régulièrement contrôler le pH de l’eau et le corriger si nécessaire. 
  7. Dans le cas d’un hivernage actif, vous pouvez laisser votre piscine débâchée. Vous pouvez également choisir de la protéger des intempéries et des feuilles mortes mais ce n’est pas obligé.
bâche d'hivernage facultative en région tempérée

Bâche facultative lors de l’hivernage actif mais utile pour limiter les feuilles mortes

7 – Combien d’heures par jour ma piscine doit-elle fonctionner en hiver ?

On se trouve donc dans le cas d’un hivernage actif : le système de filtration de votre piscine tourne, au ralenti, mais tourne quand même ! Combien de temps doit-il tourner ? Tout dépend de la température extérieure. Voici comment calculer le temps quotidien de filtration nécessaire en fonction de la température. Rassurez-vous, rien de très compliqué.

Il suffit de diviser la température de l’air par trois :